RTE, le Réseau de Transport d’Electricité, pilote, entretient et modernise le réseau à haute et très haute tension, pour acheminer l’électricité au cœur des territoires.

Avec 14 000 km de lignes électriques à haute et très haute tension, 370 salariés et 550 millions d’euros d’investissements entre 2018 et 2022, RTE Délégation Sud-Ouest est un acteur majeur du développement de la Nouvelle aquitaine.

Erik Pharabod, Délégué de RTE dans le Sud-Ouest et adhérent à Invest in Bordeaux, répond à nos questions sur les actions marquantes et les grands projets en Nouvelle Aquitaine.

Quel type de coopérations mène RTE avec les entreprises et les startups locales en termes d’innovations numériques dans le domaine de l’énergie?

 Nous cherchons à travailler avec des startups et les PME capables de mettre en place des solutions innovantes et/ou écoresponsables pour tirer le meilleur parti des infrastructures et systèmes électriques.

C’est dans ce sens qu’en novembre dernier nous avons réuni sur Floirac, avec le soutien d’Invest in Bordeaux et de l’Agence Régionale de l’Innovation, des collègues de la R&D et des entreprises locales.

Une quarantaine de participants, dont une majorité d’entreprises mais aussi des représentants du Conseil Régional, de l’Ademe et de Bordeaux Métropole, ont répondu à l’appel.

Stockage/flexibilité, autoconsommation et power-to-gas : quelles perspectives d’évolution, quels marchés nouveaux, quelles collaborations possibles entre RTE et les start-up dans ces domaines ?

Tels ont été les sujets d’échanges nourris, qui vont se poursuivre avec de nouveaux rendez-vous en 2019.

Nous organiserons par ailleurs au printemps un évènement avec la Métropole et Invest in Bordeaux sur la compétitivité industrielle et le rôle de RTE dans l’attractivité de Bordeaux Métropole.

Pour accompagner la transition énergétique en Nouvelle Aquitaine, quels sont les investissements prévus par RTE dans les 5 années à venir ?

Pour répondre aux enjeux majeurs de la transition énergétique, RTE prévoit d’investir 550 millions d’euros dans les 5 années à venir sur la région.

En Nouvelle-Aquitaine, le réseau de transport compte près de 14 000 km de lignes électriques à haute et très haute tension. Ce réseau évolue pour répondre aux enjeux énergétiques régionaux : accueillir les nouvelles énergies renouvelables solaires et éoliennes, renforcer l’alimentation électrique d’une agglomération qui s’étend, raccorder de nouveaux sites industriels fortement consommateurs d’électricité.

À moyen terme, la production d’électricité d’origine renouvelable, les nouveaux usages de consommation comme le véhicule électrique, ou encore le développement de dispositifs de stockage de l’électricité, vont continuer à transformer le système électrique dans la région.

Pour accueillir ces nouveaux modes de production et s’adapter aux nouveaux usages de consommation, RTE cherche d’abord à utiliser au mieux le réseau existant. Cela passe par la mise en œuvre de solutions numériques innovantes qui permettent de faire circuler l’électricité avec plus de flexibilité sur les ouvrages actuels.

Lorsque c’est nécessaire, RTE adapte l’infrastructure du réseau, notamment à l’occasion de la rénovation des installations les plus anciennes. Et lorsque la construction de nouvelles lignes s’impose, l’option souterraine est privilégiée. 

RTE travaille sur le projet de la nouvelle interconnexion électrique France Espagne.

Quel est l’état d’avancement du projet ?

Ce projet de nouvelle ligne électrique « Golfe de Gascogne » doublera les capacités d’échanges d’électricité entre nos deux pays. Avec l’essor des énergies renouvelables, les moyens de produire l’électricité se diversifient dans toute l’Europe.  Les lignes d’interconnexion transfrontalières permettent de bénéficier de la complémentarité de ces moyens entre les différents pays pour offrir à tous une électricité plus sûre, abordable et durable. C’est l’objectif de ce projet, en l’occurrence entre la France et la péninsule ibérique.

La nouvelle ligne sera entièrement souterraine et sous-marine, reliant Cubnezais (Gironde) et Gatika (Biscaye). Un « fuseau de moindre impact » a été validé mi 2018 par le Ministère de la transition écologique et solidaire. Depuis, RTE élabore l’étude d’impact du projet. Celle-ci permettra progressivement de retenir des orientations techniques pour les ouvrages à construire et préciser le tracé dans le détail.

Le montant total du projet est évalué à 1,75 milliard d’euros*, cofinancés par les gestionnaires de réseaux français et espagnols (RTE et REE) avec un important soutien de l’Union Européenne.  Les appels d’offres concernant ce projet d’interconnexion électrique vont être lancés au second trimestre 2019.

En décembre 2018, une 1ère rencontre a été organisée avec la CCI Bordeaux Gironde et de potentiels prestataires locaux.

 (* nb : indépendamment des 550 millions d’euros précités)

Ils nous soutiennent aussi

Le groupe Ziegler

Le groupe Ziegler

Fondé en 1908 le Groupe Ziegler propose des solutions sur mesure en aérien, maritime, route, logistique, fluvial et douane. Avec plus de 3 200 employés dans le monde, Ziegler exploite un réseau mondial très dense qui compte quelque 154 succursales dans plus de 15...

non dolor. tempus leo. sem, eget dictum risus Phasellus dolor adipiscing
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez