Eric Soumaille : « Il y a beaucoup de force dans notre entreprise »

Spécialisée dans le domaine de la sous-traitance électronique et administrative, Synergy, qui emploie majoritairement des travailleurs handicapés, vit une révolution : depuis le 1er janvier 2015, la structure associative a disparu au profit d’une société coopérative.

Eric Soumaille, directeur général et président du conseil d’administration, compte sur ce rebond pour relever les défis : doubler le chiffre d’affaires sur les 5 prochaines années et continuer d’assumer le rôle social de Synergy.

Quels sont les métiers de Synergy ?
Historiquement, nous nous sommes lancés dans la sous-traitance industrielle : nous avons développé des compétences en câblage filaire, cartes électroniques, montage, intégration et conditionnement.
Depuis mars 2000, Synergy œuvre aussi dans la sous-traitance administrative pour le secteur tertiaire. Nous réalisons des approvisionnements pour le compte de nos clients, des tâches de comptabilité, du secrétariat, de la reprographie, de la saisie, du classement, etc.

Nous travaillons pour des PME et Multinationales dans l’industrie (Home Rider filiale de Véolia, etc) mais aussi des entreprises du secteur public, des collectivités locales, etc. Sur nos 15 premiers clients, 12 sont implantés dans la région.

Quelles sont vos convictions concernant l’emploi de personnes handicapées ?

Depuis la création de l’atelier protégé en 1982, nous voulons donner leur chance aux travailleurs handicapés.
Ils sont évincés des parcours professionnels classiques et ont beaucoup de mal à se réinsérer, surtout quand ils souffrent de pathologies lourdes. Cette mission sociale et humaniste est le fondement philosophique de Synergy, dont le statut d’entreprise adaptée l’oblige à employer au moins 80% de travailleurs handicapés à des postes de production.

Souvent, on associe le handicap au fauteuil : c’est un préjugé. Il existe tous types de handicaps, moteurs, sensoriels, etc.
Or, quand on adapte le poste à la personne, le handicap disparaît et l’employé travaille aussi vite et bien qu’un autre.

Nos salariés sont hyper motivés, productifs et très attachés à leur entreprise. Je pense que ce supplément d’âme nous a permis de passer à travers les moments les plus difficiles. Il y a beaucoup de force dans notre entreprise adaptée.

Comment parvenez-vous à mener de front cette mission sociale et l’impératif économique propre à toute entreprise ?
Ce n’est pas facile.
Néanmoins, la forte implication de nos personnels, leur attachement à l’entreprise nous permet d’envisager l’avenir avec confiance.

Notre CA est aujourd’hui de 5 100 000 euros.
Je souhaite le doubler sur les 5 prochaines années et viser, dès 2015, une croissance de 10% principalement axée sur la partie sous-traitance administrative, qui ne représente pour l’instant que 15% du total de notre CA.

Nous allons nous rapprocher des collectivités, des assurances, des banques…
Dans une région de services comme la nôtre, je suis certain qu’il existe de nouvelles opportunités de travail.

Par ailleurs, nous allons profiter de l’effet levier de notre transformation d’association en SA à part entière.
Synergy est maintenant une société commerciale et, comme telle, elle affiche clairement son intention de créer des excédents.

Les salariés sont en grande majorité coopérateurs, donc partie prenante de l’entreprise : ils ont compris que si la société gagne plus, ils gagneront plus.
Dans les assemblées générales, chaque coopérateur peut s’exprimer. Des employés qui décident de leur avenir, c’est, selon moi, la direction que doivent prendre toutes les entreprises. Nous vivons cette révolution avec enthousiasme !

Synergy en quelques dates
1982 (novembre) : création de l’association AFEMP, atelier protégé, à Canéjan.
1987 : déménagement vers les nouveaux locaux sur Pessac.
1995 : l’association connaît ses premières difficultés économiques. Départ du dirigeant fondateur, Yves Potin.
1996 : dépôt de bilan.
1997 : cession partielle d’actifs et de passifs de l’AFEMP au profit de l’association Synergy.
2006 : transformation de l’atelier protégé en entreprise adaptée (loi du 11 février 2005). L’association contractualise avec l’Etat : les fonds perçus doivent servir la cause des personnes handicapées.
2014 : transformation de l’association en SCOP (société coopérative et participative) sous l’influence de Gilles Castaignède, nommé manager de transition.

1er janvier 2015 : création officielle de la SCOP. La structure associative a disparu, elle est remplacée par une société coopérative sous forme de Société Anonyme à capital variable.

Synergy, c’est :

  • 143 collaborateurs
  • Un CA de 5,1millions d’euros en 2014
  • 2800 m2 de bâtiments

[alert alert_type=”info” ]
Pour mieux le connaître Eric Soumaille,
51 ans. Originaire de l’Aveyron, mais bordelais depuis l’enfance.
Séparé, deux enfants.

Parcours scolaire et professionnel
Titulaire d’un BTS gestion d’entreprise et comptabilité.
Etudes supérieures comptables et financières.
Autoformé sur le droit social.

Chez Synergy (anciennement AFEMP)
Comptable
Directeur administratif
Directeur financier et directeur RH
Co-directeur
Directeur général et président du conseil d’administration

Sa devise : « S’aider soi-même, c’est commencer par aider les autres »
Ce qu’il préfère dans son travail : « Le management participatif : je ne suis pas un donneur de leçon. »
Son livre de chevet : Les romans d’Emile Zola.
Un autre métier : « Corps d’élite dans l’armée. J’ai beaucoup d’admiration pour ces agents super entraînés. »
Une personne qui l’inspire : Mark Allen, un grand triathlète.
Une invention, un procédé qu’il aurait aimé trouver lui-même : Un système de géolocalisation.
Son prochain voyage : New-York ou la Thaïlande.
Des hobbies : La course à pied et le triathlon.
Son péché mignon : Les glaces.

[/alert]

27366b96edc9a84af736c0910ba13951333333333333333

Vous souhaitez avoir des nouvelles de Bordeaux ?

Inscrivez vous ! Tous les 2 mois, vous recevrez les dernières actualités économiques de Bordeaux

C'est fait !

10 Partages
Tweetez
Partagez2
Partagez8