Demain s’ouvre la Semaine Digitale avec pour ambition de rendre plus accessible et compréhensible les grandes mutations numériques que vit notre société.
Cette semaine est aussi l’occasion de mesurer et mieux connaître la place de l’écosystème numérique bordelais dans l’économie bordelaise comme française voire internationale, son actualité toujours très riche en est un premier marqueur.

La Semaine Digitale

Ce sera la 5ième édition de la Semaine Digitale qui propose jusqu’au 9 avril pas moins de 70 événements sous différents formats – conférences, concerts, ateliers artistiques,… -, chacun permettant d’appréhender sous des angles et approches différentes les évolutions qu’entraînent le numérique dans notre quotidien.

Parmi ces événements, des temps forts se dégagent organisés au Hangar 14 :

  • le “Village de l’innovation” où 60 exposants guideront de manière concrète grâce à un parcours découverte les visiteurs dans leur futur environnement quotidien : Robots, imprimante 3D, objets connectés, Oculus Rift et réalité augmentée, applications mobiles,…
  • la Nuit de l’innovation, le 7 avril, soirée festive durant laquelle étudiants, conférenciers, experts et chefs d’entreprise présenteront et échangeront sur les grandes tendances en termes d’innovations numériques.
  • la Grande Jonction, le 8 avril, est l’événement French Tech de la Semaine avec en partenaires la ville de Bordeaux et la CCI de Bordeaux.
    Cet événement fait la “jonction” entre entreprises dite “de l’économie classique” et entreprises du numérique avec en invité d’honneur Nicolas Gaume et une soixantaine d’intervenants. Les réflexions de la journée tourneront autour deux thèmes principaux le commerce connecté et l’expérience client.

L’écosystème numérique

L’expérience French Tech a mis en lumière à la fois l’étendue de l’écosystème numérique bordelais24 000 emplois et 7 300 entreprises – et son dynamisme.
Cette vitalité fait aussi le bonheur de l’actualité avec des pépites qui se portent bien, des start-up dont le succès leur permet de lever régulièrement des fonds et toujours plus d’applications mobiles et de plateformes collaboratives made in Bordeaux.

Des pépites qui se portent bien :

  • La société Immersion, un des leaders français de la réalité virtuelle et augmentée qui a réussi en ce début d’année son entrée en bourse, vient de signer avec Testia, filiale d’Airbus Group spécialisée dans l’inspection et le contrôle qualité.
    Elle est également en cours de négociation avec Microsoft pour la mise en compatibilité du casque HoloLens et Shariing, le produit phare d’Immersion.
  • Il est question aussi d’HoloLens pour Asobo Studio, éditeurs bordelais de jeux vidéo qui vient de développer les programmes d’hologrammes pour Hololens de Microsoft.
  • La croissance a été au rendez-vous en 2015 pour Dolist, spécialisée dans la communication commerciale par courrier électronique (e-mail marketing) avec une progression de 10% de son chiffre d’affaire.
    Et de son côté, Primobox, spécialiste des services de dématérialisation de documents, a vu son chiffre d’affaire 2015 enregistrer un croissance de près de 30%.

Des start-ups qui flirtent avec le succès :

  • Créée en 2015, Invivox est une plateforme médicale unique en son genre qui met en relation chirurgiens et spécialistes médicaux pour des formations pratiques.
    Afin d’assurer son développement commercial européen, la startup vient de lever 1,2 million d’euros. Une nouvelle levée de fonds est prévue dès 2017 pour assurer son développement outre-atlantique.
  • Snapp’, un des pionniers de la m-fidélité avec son application Fidme qui permet d’enregistrer ses cartes de fidélité sur son smartphone, compte aujourd’hui plus de 4 millions d’utilisateurs, 7 000 enseignes, 10 500 commerces de proximité sur 80 pays et en 19 langues.
    Malgré ce succès, la monétisation de Fidme reste modeste ; Snapp’ prépare donc une levée de fonds de 2 millions d’euros afin de développer les utilisations monétisées de son appli.
  • Wiidii, assistant personnel ou “concierge” sur smartphone, lancé en 2014, a la particularité de mixer intelligence artificielle et compétences humaines.
    En seulement 2 ans, Wiidii a séduit de nombreux grands acteurs du tourisme mondial – Festival de Cannes, Paris Inn Group, Voyages SNCF, Office de tourisme de Bordeaux, Canada, Dubaï, Hong-Kong, Singapour,… – et les négociations avec d’autres acteurs continuent bon train.
    Afin d’amplifier la dimension internationale, la société prépare une nouvelle levée de fonds de 5 à 7 millions d’euros pour la fin de l’année.

Plateformes collaboratives et applications en vogue :

  • La plateforme bordelaise de location de bateaux entre particuliers, SamBoat, comptabilise maintenant près de 2 000 bateaux à la location, 250 000 utilisateurs et une activité multipliée par 15 en 2015.
    Une des clés du succès des plateformes collaboratives est la confiance entre utilisateurs. SamBoat vient donc de nouer un partenariat avec la Maif qui devient son assureur officiel grâce à un produit adapté et spécifique à l’activité de SamBoat. Prochaine étape : le développement en Europe.
  • Mesoigner.fr est une des dernières-nées des plateformes bordelaises. Elle permet de mettre en relation clients et pharmacie la plus proche disposant des médicaments souhaités, voir de préparer l’ordonnance et la livrer à domicile.
  • QuCit est une startup bordelaise dont l’activité est basée sur l’analyse prédictive de données.
    BikePredict est la première application mobile qu’elle a développée pour optimiser l’utilisation et la gestion des velos en libre-service. BikePredict (intitulé “la bonne station” à Bordeaux) permet de visualiser l’emplacement de la station la plus proche et d’être informé en temps réel – voire même jusqu’à 45 minutes à l’avance – de la disponibilité des vélos pour la location et des bornes pour la restitution.
    En quelques mois seulement, cette application a déjà été adoptée dans plus de 30 agglomérations françaises. Fort de ce premier succès, l’objectif est maintenant de devenir un leader mondial de l’information prédictive et de la logistique pour les systèmes de véhicules partagés.
  • Tricy est la nouvelle application bordelaise en vogue et fun.
    Entre Snapchat et Instagram, elle permet à plusieurs personnes non présentes sur le même lieu de déclencher un compte à rebours sur son smartphone pour se prendre simultanément en photo et de partager le moment à distance.

Les lieux numériques

La vitalité de l’écosystème numérique et surtout l’ampleur que prend le numérique dans l’économie suscite une multiplication des lieux pour accueillir les entreprises issues ou liées à ce domaine d’activités :
Darwin, La Banquiz, Le Node, L’Auberge numérique, Pépinière éco-créative des Chartrons, 33entrepreneurs, Digit’Halles

D’une conception plus large que le seul accueil économique, la Cité Numérique, qui sera achevée courant 2017, est positionnée comme le lieu “totem” de l’activité numérique sur la métropole :

  • 26 000 m² de surfaces dédiées dont 82% commercialisés à ce jour ;
  • 80 logements pour entrepreneurs et salariés ;
  • 40 M€ d’investissements ;

Elle a vocation à devenir un pôle d’excellence économique, culturelle et sociétale fondé sur les usages numériques.

Sources : La Tribune Bordeaux, Bordeaux 7, APS, Aquiti

84d794694831530b0b804be756be0cc2}}}}}}}

Vous souhaitez avoir des nouvelles de Bordeaux ?

Inscrivez vous ! Tous les 2 mois, vous recevrez les dernières actualités économiques de Bordeaux

C'est fait !

117 Partages
Partagez117
Tweetez
Partagez