La Maison Johanes Boubée, filiale du groupe Carrefour, inaugure un nouveau centre d’embouteillage à Bordeaux, sa région d’origine.
Pour Didier Thibaud, Directeur Général, c’est en partie dans cette volonté d’être au cœur des zones de productions viticoles que réside le secret d’une entreprise qui dure depuis plus d’un siècle.

« Les clivages entre la grande distribution et les petits producteurs sont d’un autre âge »

A quel échelon êtes-vous situé dans la chaine de production du vin ?

Maison Johanes Boubée a plusieurs métiers.
Nous faisons du sourcing de vin : nous allons dans les propriétés et les caves afin de réaliser les assemblages.
Centrale d’achat pour le groupe Carrefour, nous sommes plutôt orientés sur les marques distributeurs et achetons le vin en bouteilles ou en vrac.
Ce dernier est mis en bouteille dans nos centres d’embouteillage : six sites, dont trois en propre.
Enfin, nous assurons la logistique pour tous les vins de Carrefour en France (préparation, livraisons, etc).

Pourquoi ce nouveau centre d’embouteillage ?

Cette implantation est stratégique : nous n’avions pas encore d’usine d’embouteillage dans le bordelais, qui, pourtant est l’une des principales régions de production en France et dans le monde.
La région représente 28% du volume de vin réalisé par Maison Johanes Boubée.
Nous avions déjà un site logistique à Beychac-et-Caillau : le bâtiment neuf y sera accolé.
Cette proximité va réduire nos coûts de transport et augmenter notre compétitivité.

Le nouvel entrepôt de 10 200 m2 ouvrira au dernier trimestre 2015 pour tourner à plein régime en 2016.

Il accueillera d’abord une ligne pour les bags-in-box, puis deux pour les bouteilles (12 000 cols à l’heure).
L’an prochain, nous devrions commercialiser l’équivalent de 45 millions de litres sur ce site qui pourra embouteiller jusqu’à 70 millions de litres avec l’ajout d’une 4ème ligne en 2017.

Cette implication dans la région de production fait-elle partie d’une stratégie plus vaste ?

Oui.
Même si Maison Johanes Boubée est la filiale d’un grand groupe qui nous aide à investir, nous agissons comme une PME dynamique, implantée dans son terroir, auprès des hommes qui font le vin, les viticulteurs comme les coopérateurs dans les caves.
Les clivages entre la grande distribution et les petits producteurs sont d’un autre âge : aujourd’hui, ce qui compte, c’est la bonne connaissance que nous avons de nos clients.

Nous sommes capables d’informer les viticulteurs sur les goûts des consommateurs, sur les nouvelles tendances, etc.
On travaille toujours mieux quand on se serre les coudes !
La consommation de vin a baissé ? Oui, c’est vrai, mais de nouvelles tendances consommateurs apparaissent, il nous faut les accompagner (croissance du rosé, des boissons à base de vins, des vins BIO…).
Ce qui est capital, c’est le bon rapport qualité/prix.
Alors élaborons ensemble les produits que le consommateur apprécie ! Si le client est satisfait, tout le monde s’y retrouvera.

40 : C’est le nombre de personnes qui seront recrutées dans le cadre de la création du nouveau centre d’embouteillage de Beychac-et-Caillau.

Des cadres et des professionnels de l’embouteillage, ou pas, seront recrutés via le cabinet Vidal et Associates et Pôle Emploi.
12 employés de conditionnement seront recrutés par Pôle Emploi grâce à la méthode MRS (Méthode de recrutement par simulation) qui ignore sciemment l’historique des candidats pour se concentrer sur leurs seules aptitudes.

[Il l’a dit] « Bordeaux Gironde Investissement nous a donné les bonnes clés »
« Je suis arrivé sur Bordeaux il y a trois ans et je n’avais pas de réseau.
J’ai été agréablement surpris par l’accueil de Bordeaux Gironde Investissement qui a su tout de suite me donner les bonnes clés d’entrée et me mettre en contact avec les bons interlocuteurs.
BGI a même accueilli des salariés de notre site dans le Nord avec leurs familles pour leur faire découvrir la région.
Certains ont décidé de s’implanter ici pour travailler dans le nouvel entrepôt. »

Chiffres clés

  • 90 collaborateurs au siège (Bordeaux), 40 collaborateurs en logistique.
  • 40 de plus prévus sur le centre d’embouteillage à Beychac et Caillau.
  • CA 2014 : 772 millions d’euros, ce qui représente plus de 300 millions de litres vendus.
  • 7 établissements en France.
  • 100 000 m2 d’entreposage et d’embouteillage.
  • Investissement dans le centre d’embouteillage : 12,8 millions d’euros (8,3 pour l’immobilier et 4,5 pour l’embouteillage)

[alert alert_type=”info” ]
Pour mieux connaître Didier Thibaud
Originaire de Périgueux, 59 ans, marié, deux enfants.
– Parcours scolaire et professionnel
> BTS technico -commercial et deux ans de spécialisation dans une école d’agronomie.
> Directeur de magasin dans une société de distribution. (Radar)
> Directeur régional d’une société filiale du groupe Promodès (Gedial à Bègles).
> Directeur supply chain de Carrefour France (Paris).
> Directeur général de Maison Johanes Boubée depuis 2012.

– Sa devise : « 20% de réflexion, 80% d’exécution… Et ensuite, on corrige le tir »
– Ce qu’il préfère dans son travail : « Avoir l’agilité d’une PME, en étant adossé à la puissance financière d’un grand groupe. »
– Ses passe-temps : Les mots croisés, le bricolage, le golf
– Un autre métier : « N’importe quel métier dans lequel on doit créer et entreprendre ».
– Une personne qui l’inspire : « Des grands patrons conquérants et pragmatiques »
– Un terroir qu’il apprécie : « Le Bordeaux ! Je finirai mes vieux jours dans cette région du Sud-Ouest, que j’aime tant ».
– Son prochain voyage professionnel : La Pologne
– Son péché mignon : Un bon magret avec un bon vin
[/alert]

0c926e41703a1e8015453f141e9e7cf2hhhhhhhhhhhh

Vous souhaitez avoir des nouvelles de Bordeaux ?

Inscrivez vous ! Tous les 2 mois, vous recevrez les dernières actualités économiques de Bordeaux

C'est fait !

27 Partages
Tweetez
Partagez3
Partagez24