La plateforme collaborative déclinée en applications, Jaidemaville, a pour ambition de faciliter l’accès du citoyen à sa mairie pour la gestion de l’espace public.

Au départ, le constat d’un de ses 2 fondateurs : signaler une dégradation à sa mairie s’apparente le plus souvent à un parcours du combattant et les problèmes persistent : nids de poules, lampadaires défectueux, poubelles éventrées…

Parallèlement, le développement du numérique couplé à son utilisation de plus en plus collaborative via plateformes et applications mobiles finit de faire germer le concept de la plateforme jaidemaville.
L’objectif de ses 2 fondateurs, Julien Boyé et Baptiste Yvenat, est de créer des échanges directs entre les collectivités et les habitants grâce aux opportunités ouvertes par le numérique.

Jaidemaville permet ainsi à tout citoyen de signaler un événement, de suggérer une action ou tout simplement de féliciter une mairie. Les autres citoyens peuvent interagir par un système de like confirmant l’événement signalé.

La présence sur Jaidemaville est payante pour la collectivité : une licence de 990€ doit être souscrite suivie d’un abonnement mensuel dont le prix varie en fonction de la taille de la ville. Cet investissement demandé aux collectivités reste cependant moins coûteux que la mise en place de systèmes individuels.

Les fondateurs de Jaidemaville ne veulent pas en rester là et souhaitent décliner d’ici la rentrée 2015 leur dispositif aux syndics de copropriétés, hôtels, hôpitaux, grosses entreprises…

Sources : Sud-Ouest / Objectif Aquitaine-La Tribune

ebc9a6750356f7c65d75175a39c1d0d9ss

Vous souhaitez avoir des nouvelles de Bordeaux ?

Inscrivez vous ! Tous les 2 mois, vous recevrez les dernières actualités économiques de Bordeaux

C'est fait !

1 Partages
Tweetez
Partagez1
Partagez