Depuis la mi-mars, ce sont davantage les annonces et mesures de soutien économique pour faire face à la crise liée au COVID-19, et l’impact sans précédent sur l’économie qu’elle entraîne, qui ont été logiquement sur le devant de la scène.

Nos entreprises se battent pour résister, et certaines ont encore pu annoncer de bonnes nouvelles liées à leur développement ou à leur processus d’innovation.

En voici quelques-unes pour ne pas oublier que le monde d’après se prépare dès maintenant.

 

👉 Nicolas Pages : tête chercheuse bien faite et prometteuse

Nicolas Pages, interne au CHU de Bordeaux et créateur de la jeune société Satelia vient d’être classé par la revue Forbes parmi « les 30 personnes de moins de 30 ans qui comptent ».

Satelia est une Healthtech qui développe des algorithmes prédictifs fin d’anticiper les aggravations des maladies chroniques avant que les patients ne soient hospitalisés. Cette plateforme de télésurveillance a été créée en partenariat avec le CHU de Bordeaux, et ambitionne d’être un des précurseurs de l’hôpital de demain en réinventant le parcours de soin.

 

👉 1ère levée de fonds réussie pour TOOPI Organics

La startup TOOPI Organics, spécialisée dans la valorisation de l’urine humaine pour l’agriculture, vient de lever plus d’1 million d’euros dans le cadre de son premier tour de table en capital. Récompensée par plus d’une dizaine de prix d’innovation en l’espace d’un an, la société ouvrira d’ici fin 2020 une première unité de production en Sud Gironde capable de transformer 750 000 litres d’urine par an.

Avec ce financement, TOOPI Organics veut également structurer son réseau de collecte, sécuriser la mise sur le marché de ses biostimulants à base d’urine, et accélérer son développement national et européen.

 

👉 Une usine plus grande pour Cartolux

Cartolux spécialisée dans la fabrication sur mesure d’emballages en carton compact, va déménager de Pessac à Canejan lorsque ses nouveaux locaux dont elle vient d’obtenir le permis de construire seront terminés soit près de 600 m² de bureaux, 5 400 m² de stockage et 6 200 m² de production industrielle.

 

👉 Kanopé Koncept promeut l’agriculture urbaine

Cette toute jeune startup développe un concept de permaculture urbaine clé-en main : elle installe des modules de culture dans des espaces libres et non utilisés (espaces verts, terrasses, toits, etc.), récolte, entretient, anime des ateliers de sensibilisation et, dans certains cas, propose un système de récoltes directes pour les consommateurs. La solution la plus utilisée est une pergola avec de la culture en hydroponie, hors-sol.

Trois sites en Gironde accueille déjà ce concept, les cibles principales de Kanopé Koncept sont les entreprises s’orientant vers la RSE et surtout les promoteurs et constructeurs de logements collectifs.

 

👉 Isorg transforme l’image en empreinte digitale

Isorg, startup spécialisée dans le domaine des capteurs polymères et des photo-détecteurs organiques et implantée à Grenoble (siège), Bordeaux (centre de R&D), Limoges (usine) et Hong-Kong (bureau commercial) développe une technologie innovante qui transforme une image grande surface en empreinte digitale lorsqu’elle est apposée sur un écran digital.

Ses applications sont multiples en particuliers dans le domaine de la sécurité. Suite à un accueil très positif lors du CES de Las Vegas de Janvier dernier, elle a été mentionnée comme une des cinq technologies pour smartphone les plus innovantes par le Wall Street Journal.

 

👉 Sunna Design réussit une opération de croissance externe

Sunna Design société spécialisée dans les solutions solaires autonomes intelligentes et connectées, vient de faire l’acquisition de l’entreprise américaine Sol pionnière également dans l’éclairage solaire en Amérique du Nord.

Avec ce rachat, Sunna Design élargit son portefeuille de produits et de services devenant selon elle, « le plus complet et le plus compétitif du marché, soutenu par une plate-forme de supervision évolutive” ; c’est aussi l’occasion d’étendre à la fois son marché et son réseau de partenaires, “avec 75 représentants et distributeurs accompagnés par une équipe commerciale experte et réactive sur le terrain”.

 

👉 Le groupe Lectra ambitionne de développer le « fashion on demand »

Le groupe Lectra, leader mondial de la conception et de la fabrication des systèmes de découpe de matériaux souples (cuir, tissus…) dont le centre de R&D est à Cestas, mise sur l’Industrie 4.0 et les nouveaux modes de consommation, en particulier le « Fashion on demand » ou la possibilité pour le client d’un magasin de mode de passer une commande numérique pour obtenir un vêtement customisé selon ses attentes qui sera fabriqué automatiquement.  

Lectra développe ce concept au sein de son nouveau Laboratoire d’innovation à Cestas en partenariat avec des structures du nord de la France connue pour sa tradition dans le secteur du textile :  le Ceti (Centre européen des textiles innovants) et l’Ensait (Ecole nationale supérieure des arts et industries textiles). L’objectif est de répondre au mieux aux attentes de la clientèle pour limiter aux maximum les pertes de matière, sachant que 20 % des vêtements neufs est jeté faute d’acheteurs.

 

👉 Objectif réussi pour Valorem au nouvel appel d’offre solaire

La société béglaise Valorem, spécialisée dans la production et l’exploitation d’énergies renouvelables, a fait carton plein lors du dernier appel d’offre solaire de la CRE (Commission de régulation de l’énergie).

Les cinq projets photovoltaïques qu’elle a présentés ont tous été retenus. Ils ont comme dénominateur commun de “permettre de revaloriser des terrains dégradés à l’abandon (ancienne décharge, carrière)”.

 

👉 La biotech LNC Therapeutics achète une licence exclusive à l’Université de Valence

La biotech LNC Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments basés sur le fonctionnement du microbiome intestinal, en particulier pour lutter contre l’obésité et les maladies métaboliques, a annoncé l’acquisition auprès de l’Université de Valence (Espagne) d’une licence exclusive mondiale pour le premier brevet portant sur les applications thérapeutiques de la bactérie Christensenella dans les troubles de l’humeur comme la dépression ou l’anxiété.

Cette acquisition ajoute à LNC Therapeutics un nouveau champ de compétences thérapeutiques et donc de développements commerciaux.

 

Sources : entreprises, APS, La Tribune Bordeaux

mattis vel, adipiscing et, elit. Praesent dictum sem, mattis felis in
8 Partages
Tweetez
Partagez8
Partagez