Le 3 avril, s’est tenu le 1er Forum Smart City de Bordeaux, événement à dimension internationale drainant près de 10 000 visiteurs et 4 000 participants.

Les intervenants nombreux et de qualité ont balayé les problématiques que soulève le concept de Smart city : petit tour d’horizon et état des lieux bordelais.

La Smart City est née du croisement de l’expansion démographique des centres urbains, de leur impact sur l’environnement et du développement des nouvelles technologies qui trouvent un terreau favorable dans la ville ;
ces phénomènes se développent en mode accéléré nécessitant mobilisation et adaptation de tous les acteurs : institutions, citoyens et entreprises.

Avec la Smart City, la ville de demain se veut intelligente, innovante, efficace et éco-responsable ; et pour réussir ce pari, Carlos Moreno, Président du Forum “Live in a living city” et maître de cérémonie du Forum Smart City de Bordeaux, décline trois enjeux majeurs : “l’inclusion sociale, la réinvention urbaine et la révolution technologique”.

La notion de Smart City s’applique à tous les domaines de la ville pour aller dans le sens d’une ville “meilleure” :

– la gestion de l’énergie et l’éco-responsabilité de l’habitat : les promoteurs immobiliers et les énergéticiens sont face au défi d’une plus grande qualité de vie et de la maîtrise de l’énergie. Cela impacte aussi bien la conception des nouveaux bâtiments, des quartiers que les déplacements et la gestion de la mobilité.  

– les services aux habitants, domaine où la ville de Barcelone développe de multiples expérimentations notamment au travers d’applications smartphone et d’objets connectés.

– l’économie avec l’accueil et le développement des entreprises ainsi que des secteurs essentiels à la construction d’une Smart City comme le numérique et l’économie du partage.

– les questions de la sécurité, de l’organisation de l’éducation ou de la santé sont également des sujets incontournables.

Mais finalement malgré la multitudes des domaines et des sujets relatifs à la Smart City, un élément transverse et clé de réussite est souligné invariablement par les intervenants du forum : la prise en compte de la dimension humaine et sociale au delà des aspects technologiques dont est acté aujourd’hui leur capacité à changer la ville.

Carlos Moreno a symbolisé cette dimension humaine dans la notion de “ville vivante” qu’il préfère à la notion de “ville intelligente”, d’autres parlent de “sensitive city”.

Ce forum s’est déroulé à Bordeaux grâce à l’implication depuis de nombreuses années de la ville et de son agglomération dans ce mouvement avec la volonté de se postillonner comme territoire d’expérimentation en Europe. Les institutions publiques sont pro-actives et stimulent à la fois les citoyens, les entreprises, les promoteurs et les énergéticiens à aller dans ce sens tout en mettant également en oeuvre des actions liées à la gestion du territoire.

Bordeaux fait ainsi parti des territoires français leaders dans la filière numérique avec un écosystème dynamique labellisé French Tech et de nombreuses start-up qui innovent pour faciliter la ville :

Qucit, l’application qui se penche sur la mobilité et prédit les mouvements sur 24h des vélos en libre-service, ou, Parking Facile qui permet d’utiliser des places de parking privées inoccupées ;

jaidemaville, la plateforme numérique qui permet de relier citoyens et mairies pour signaler des difficultés sur la voirie ou féliciter sa mairie ;

jestocke.com, plateforme collaborative qui met en lien les particuliers qui disposent d’espaces de stockage vides et des particuliers qui en manquent ;

– les lieux de coworking se sont multipliés et Bordeaux s’affiche comme une des villes de France les mieux pourvues.

Bordeaux est aussi un territoire pionnier dans l’application de la technologie NFC c’est à dire du paiement sans contact : stationnement des voitures, location de VCub ou paiement chez les commerçants de l’hyper-centre ;
pionnier également dans la prévention des inondations avec le système Ramsès, modèle de connectivité à grande échelle, ou dans la gestion de la circulation avec le système GERTRUDE.

Bordeaux-Euratlantique, plus grande opération d’aménagement urbain de France, est clairement positionné sur ce sujet comme le souligne S. De Faÿ, directeur de l’EPA : “Notre rôle n’est pas forcement de faire de l’intelligence dans la ville mais de rendre la ville capable de le faire, avec des infrastructures qui permettent de démultiplier l’intelligence (en mettant des capteurs dans les logements par exemple). Par ailleurs plus que jamais nous devons être dans une logique non pas descendante mais qui prend en compte la logique de maîtrise d’usage, c’est-à-dire à partir du citoyen et de l’entreprise.”

Les illustrations de Bordeaux “Smart City” sont donc multiples, mais encore faut-il aujourd’hui continuer dans ce sens : articuler de manière plus efficace l’ensemble des actions et associer toujours plus les principaux acteurs de la smart city c’est à dire les citoyens qu’ils soient habitants et/ou acteurs économiques… la “ville vivante” peut être à portée de main.

Sources : La Tribune/Objectif Aquitaine ; France Bleu ; Sud-Ouest ; le blog de Sylvie Faucheux ; Les Clés de Demain

9b98aba4e0f7cca929396f488870be20eeeeeeeeeeeeeee

Vous souhaitez avoir des nouvelles de Bordeaux ?

Inscrivez vous ! Tous les 2 mois, vous recevrez les dernières actualités économiques de Bordeaux

C'est fait !

3 Partages
Partagez3
Partagez
Tweetez